AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Dim 18 Déc 2016 - 22:11
avatar

pouf 9
Lyra Holmes


Date d'inscription :: : 11/12/2016
Hiboux envoyés :: : 84
Potion de polynectar :: : danielle campbell, @killer from a gang

Message
Puis quand il est parti, j'ai enfin compris pourquoi les tempêtes portaient un nom. - Noan/Lyra   
je t'ai cherchée partout, même ailleurs. je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)




Lyra n'avait pas vu passer la première semaine de cours ; on entamait déjà le premier week-end de l'année, et la Poufsouffle se sentait déjà débordée. Au fond, Poudlard lui avait un peu manqué. Elle aimait cette ambiance scolaire dans laquelle elle se retrouvait, se plaisait. Lyra était une femme d'études, de théorie, de diplomatie, avant d'être une femme d'action et d'impulsivité. Une part d'elle l'était, un peu, mais elle laissait souvent place à l'oratrice, armée d'un charisme et d'une culture qui déroutaient autant les personnes de son âge tout comme les plus vieux. C'était assez surprenant cette prestance qu'elle avait. Cette confiance qu'elle dégageait. Elle était à l'aise sans pour autant en faire trop ; et pourtant, sa situation familiale et les drames qu'elles avaient connu étant enfant auraient pu compromettre cet équilibre mental et physique. Elle y pensait un peu, parfois. Ne s'attardait que très rarement sur le sujet cependant. Elle n'en parlait même jamais, et se portait mieux ainsi.

Elle avait prévu de commencer son week-end par une virée à Pré-au-Lard, dans l'idée de s'acheter une nouvelle robe de sorcière. Elle savait qu'on pouvait trouver des boutiques de vêtements dans l'avenue principale du village sorcier et elle appréciait la sobriété et l'élégance de certaines d'entre elles. Lyra n'était pas très fantaisie vestimentaire. Le choix du tissu était soigné, tout comme celui de la forme de la robe. Elle apportait une attention particulière aux détails, comme à son habitude ; sa manie de vouloir tout contrôler, tout vérifier, prenait souvent le dessus sur une simple après-midi shopping comme celle-ci. C'était d'ailleurs pour cette raison qu'elle comprenait bien qu'on refuse de l'accompagner pour ce genre de sortie. Elle avait de toute façon prévu d'être rapide, et en moins d'une heure, elle avait fini son achat et entreprenait de se rediriger vers le chateau, s'enfonçant dans son écharpe marine en quittant le magasin, alors qu'un léger coup de vent lui balayait le visage.

Elle aperçut une silhouette au loin, en face d'elle. Aussitôt, elle s'immobilisa ; elle aurait pu reconnaître Noan entre mille. Son expression se décomposa ; la malchance décidait-elle vraiment de l'humilier jusqu'au bout, jusque dans les rues de Pré-au-Lard ? Comme si les ricanements et les regards amusés des pestes de Serpentard de septième année au château ne lui suffisaient pas. Son cerveau surchauffait, ses pensées se brouillaient. Pourquoi continuait-il à avoir cet effet sur elle après ce qu'il lui avait fait ? Elle voulait tourner la page, ne plus l'aimer, mais c'était comme si, alors qu'elle n'avait jamais été aussi blessé, seuls les souvenirs heureux refaisaient surface dans sa mémoire. Elle le détestait autant qu'il lui manquait mais elle savait, au plus profond d'elle, que plus rien ne serait jamais pareil. Que Noan avait perdu perdu une partie de son âme. Celle que Lyra préférait. Les larmes lui montaient aux yeux à cette simple idée, alors que la colère grondait bien plus fort encore en elle lorsqu'elle l'imagina avec la benjamine Rutledge. Il l'avait trompée et jamais elle ne lui pardonnerait. Surtout avec cette gamine qui n'avait même pas encore ses ASPIC... Elle avait du mal à croire qu'il s'agissait de la sœur de deux de ses amies.

Il ne lui fallut qu'une seconde pour prendre une décision. Elle avait le droit d'avoir une explication. Elle voulait comprendre. Malgré la douleur, malgré l'émotion à laquelle elle succombait, même si, fière, elle ne le montrerait pas. Elle ne lui laisserait pas cette satisfaction supplémentaire. Alors, d'un pas décidé qui trahissait toute sa haine et qui trainait toute sa honte, elle se dirigea vers Noan qui, bien heureusement était seul. Peut-être attendait-il quelqu'un - Georgia ? Cette chassa cette hypothèse de son esprit, même si elle ne pouvait s'empêcher d'être réaliste, encore une fois peut-être trop terre-à-terre. Un sourire des plus hypocrites lui tâchait le visage. - Hé, Noan ! Elle fit mine d'être surprise, hésita un instant à le prendre chaleureusement dans ses bras. Elle se ravisa ; il n'était pas dans ses habitudes de se montrer si moqueuse et ironique, le tout teinté d'une bonne dose de méchanceté. Elle ne savait pas faire et ça se voyait ; Lyra n'en avait rien à faire en réalité. - Je ne te dérange pas, tu attends quelqu'un peut-être ? Elle le détailla de haut en bas. Et dire que ça ne faisait qu'un mois qu'ils avaient rompu ; il lui semblait déjà être un étranger. - Tu sembles en grande forme.



APRES MOI LE DELUGE
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand deux destins se ressemble et s'assemble...
» Quand on fait parti du club journalisme, comment ensuite y participer?
» Dragons (2010) DreamWorks
» Laurena ♧ Et moi pourquoi j'existe, quand l'autre dit "je meurs"? Pourquoi plus rien n'agite... ton cœur ?
» Quand les gros maigrissent, les maigres meurent. 【Pv Hakushi Mihawk】

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum