AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lun 12 Déc 2016 - 20:01
avatar

pouf 6
Lauri Nieminen


Date d'inscription :: : 12/12/2016
Hiboux envoyés :: : 27
Potion de polynectar :: : Asa Butterfield

Message
Ce qui ne tue pas... Devrait peut être !   


Lauri venait de s’enfermer dans les toilettes. Il détestait se faire prendre pour la tête de turc entre deux cours et là, il avait bien vu dans le regard de ces deux brutes de chez Serpentard qu’ils le considéraient comme une occupation acceptable en attendant la reprise. Alors il avait fait volte face et voilà : pipi-room. Personne n’était entré dans la pièce visiblement. Il n’aurait pas pu le jurer puisqu’il était lui-même enfermé dans une cabine mais il n’avait rien entendu en tout cas. Assi sur le toilette histoire d’attendre quelques minutes pour être sûr qu’on ne l’attende pas dehors, Lauri soupir. Ses livres finissent posés sur ses genoux et ses coudes par-dessus, les paumes de ses mains accueillant son menton et ses joues. Oreilles légèrement tendues, il tentait de percevoir les bruits du couloir mais tout ce qui lui parvenait c’était une sorte de chuintement incompréhensible parsemé de quelques éclats de rire. Il y avait aussi le son des canalisations et avec un peu de patience pour s’habitude, Lauri pouvait même entendre un des robinets pour se laver les mains qui fuyait, égrenant le temps au goutte à goutte, lui donnant presque envie de se soulager pour de vrai.

Lauri sursaute néanmoins alors que la porte est soudainement poussée ! Des toilettes, pas de sa cabine hein ! Il se ratatine sur son cabinet, relevant les pieds par réflexe même si aucune ouverture dans le bas ne permettait de trahir sa présence de cette manière. Il y a des éclats de voix rieurs… Des blagues potaches de garçon de leur âge… Et si Lauri se met stupidement à rougir c’est que la voix qui lui arrive il la reconnait trèèèès bien ! C’était celle de Lysandre Larochelle, un garçon de sa classe. Un Gryffondor probablement assez cliché dans son genre mais ça lui allait bien. C’était un joueur de quidditch aussi et Lauri aimait bien le regarder voler, c’est vrai. Son petit cœur d’artichaut soupirait pour différent garçons sûrement… Mais Lysandre avait nettement sa préférence depuis que l’année passée, en cours de soin aux créatures magiques, Lysandre s’était mit en binôme avec lui pour s’occuper d’un niffleur qui n’avait eu de cesse de leur faire les poches !

Ok, ça n’avait rien eu de romantique mais il avait 16 ans. A cet âge tout pouvait avoir un côté romantique pour peu qu’on regarde bien. En tout cas Lysandre n’avait visiblement pas l’intention d’utiliser les toilettes parce qu’il pouvait déjà entendre le bruit d’un robinet plutôt. Poussé par la curiosité de voir ce garçon là, Lauri cale ses livres sous un bras pour grimper à deux pieds sur le rebord des toilettes. Il était grand et pourtant voilà qu’il devait tout de même se hisser sur la pointe des pieds pour voir par-dessus la porte… !

Lysandre se tenait effectivement près d’un lavabo, se désaltérant et se rafraîchissant un peu. Il voyait mal de sa place mais bon… Pour ce qu’il voyait des fines gouttelettes qui scintillaient comme de petites perles accrochés dans ses cheveux, ça aussi il allait le classer dans les moments romantiques. Ou sensuel quoi. Enfin… Disons qu’il aurait pu faire ça en vrai… Mais sa maladresse l’avait rattrapé… Encore !

En essayant juste de mieux voir, Lauri avait finit par glisser ! Dans un bruit de l’enfer et un cri tout sauf très viril il s’était écroulé contre la porte puis par terre, une cheville douloureuse à souhait et le bras si pas cassé en tout cas douloureux d’avoir été bien tordu ! Ses livres étaient étalés par terre sous lui et pour finir il y avait la voix de Lysandre de l’autre côté de la porte qui s’inquiétait de savoir si ça allait ! Misère… Mourir tout de suite ou se faire avaler dans les fondations ça lui semblait une meilleure option que de répondre. Cependant il ne pouvait pas ignorer le jeune homme derrière la porte et tant bien que mal, Lauri se relève dans le petit endroit exigu, ouvrant le verrou puis la porte, sentant ses joues lui brûler tant il devait rougir de gêne.

« Ha, bonjour Lysandre… J’ai fait… Tomber quelques livres. »

Disons ça comme ça… Lauri espérait juste que même sans être dupe, Lysandre n’insisterait pas ! Il ne pourrait de toute façon jamais lui dire qu’il avait glissé en essayant de mater par-dessus la porte, bizarrement !

Lauri se penche pour ramasser un livre, grimaçant de douleur alors que son poignet le lance décidément beaucoup. Il était bon pour un passage à l’infirmerie. En plus il allait y aller en claudiquant. Finalement, les brutes de tout à l’heure auraient peut être été un choix plus judicieux !

« Tu allais au prochain cours ? Je peux y aller avec toi ? »

Juste histoire d’être sûr de ne pas mal tomber dans les couloirs en position de faiblesse quoi !

« J’ai entendu dire que les premiers entraînements de quidditch allaient déjà avoir lieu. Tu dois avoir hâte. Tu peux jouer un peu pendant l’été ? »

C’était un sang mêlé, tout comme lui. Alors il en doutait mais après tout…

« J’ai lu dans la gazette du sorcier que la dernière saison professionnelle avait été palpitante. »

Oui : il essayait toujours de noyer le poisson là !

Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Déc 2016 - 8:40
avatar

gryf poursuiveur
Lysandre Larochelle


Date d'inscription :: : 12/12/2016
Hiboux envoyés :: : 62
Potion de polynectar :: : Logan Lerman (ava : Odistole)

Message
Re: Ce qui ne tue pas... Devrait peut être !   
« C’que t’es con ! »

Une bousculade, une petite giclée d’eau et quelques coups de coudes virils ponctués par des rires. Trois garçons qui allaient en même temps aux toilettes, c’était rare. Habituellement, ce sont les filles qui font ça, pas vrai ? Mais après un long cours soporifique d’Histoire de la magie, il fallait en venir à cette simple conclusion : soit Dame Nature appelait très fort, soit il fallait trouver un truc pour se réveiller un peu. Et c’est ce que Lysandre faisait présentement, attendant ses copains qui venaient tout juste de tourner les talons pour aller faire leur petite commission devant les urinoirs alors que pour sa part, il s’aspergeait un peu le visage d’eau bien fraîche. Et ça faisait un bien fou, à n’en pas douter !

Ses copains reviennent, mais la conversation ne reprend pas longtemps parce que soudainement, un boucan de tous les enfers se fait entendre. Les trois adolescents se retournent en un bloc… pour trouver un Poufsouffle en bien fâcheuse posture. Ses deux copains s’esclaffent aussitôt. Mais si Lysandre était du genre assez railleur lui-même, il avait malgré tout un côté chevalier servant qu’on oubliait rapidement ! De fait, il envoie rapidement mourir ses deux amis.

« Oh, taisez-vous. Vous êtes bêtes. », marmonne Lysandre… avant de néanmoins ajouter dans un petit sourire, non sans se précipiter vers le pauvre Poufsouffle : « Je dis pas si c’était un serpent… »

Oh oui, il savait alimenter la « saine » compétition entre Gryffondor et Serpentard ! Mais pour l’heure, les deux mecs annoncent plutôt qu’ils vont au prochain cours. De son côté, Lysandre se penche sur le garçon. Il était dans certains de ses cours depuis six ans alors forcément, il savait son nom : Lauri. Il avait même déjà pris sa défense en première année lorsque pendant l’appel en début de cours, des élèves s’étaient moqués de son prénom supposément féminin. Lys savait ce que c’était et ça le gavait vraiment. Alors il avait sorti son petit côté bagarreur, même si seulement oralement cette fois-là ! Et puis, il était très jeune à ce moment mais il n’y avait pas d’âge pour trouver des yeux les plus jolis yeux bleus du monde entier…!

Malgré lui, Lys a un rire gentiment moqueur alors que Lauri parle d’avoir échappé quelques livres.

« Apparemment, oui. », taquine le jeune homme tout en aidant Lauri à se remettre sur ses pieds. Il baisse la tête, observant d’abord le poignet que tenait le Finlandais d’une façon qui ne mentait pas, puis la cheville sur laquelle il évitait de poser son poids. « On dirait que tu as gagné une petite visite à l’infirmerie, alors oublie le prochain cours. Reste là. Je ramasse tes affaires et je t’y amène. »

Lysandre ramasse donc les livres du garçon, l’empêchant d’en faire de même. Il pouvait gérer cette partie-là sans problème, hein ! Lorsque c’est fait, il lui offre son bras. Le joueur de Quidditch a un petit clin d’œil pour son vis-à-vis alors que ce dernier parle du sport qu’il pratiquait. Mais ça l’étonnait un peu à dire vrai et tout en traînant Lauri jusqu’à l’extérieur des toilettes, Lysandre fait quand même remarquer :

« Je croyais que tu n’étais pas très sport, toi. Si tu penses que je ne t’ai pas vu, le nez plongé dans un bouquin pendant les matchs ! »

C’était juste une taquinerie. Et puis, Lys savait que Lauri rougissait facilement et il trouvait ça plutôt mignon. Par contre, des Serpentards qui traînaient non loin s’approchent soudainement… et le Gryffondor n’a vraiment pas envie de gérer ça. Il leur lâche un regard en biais… et alors qu’ils s’approchent un peu trop, il sort simplement sa baguette. Putain, mais ils étaient vraiment cons. Ils avaient du temps à perdre… Pourquoi est-ce qu’ils leur cherchaient des noises soudainement ?!


We're the kids who feel like dead ends
I'm hopelessly hopeful you're just hopeless enough but we never had it at all. But the lies won't stop slipping. My reputation's on the line. We can fake it for the airwaves. Force our smiles baby half dead.
× by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 16 Déc 2016 - 17:13
avatar

pouf 6
Lauri Nieminen


Date d'inscription :: : 12/12/2016
Hiboux envoyés :: : 27
Potion de polynectar :: : Asa Butterfield

Message
Re: Ce qui ne tue pas... Devrait peut être !   


C’était pire encore de se faire moquer en présence de Lysandre… Par chance ce dernier n’était visiblement pas le genre à se laisser emporter par la liesse populaire à chaque occasion et ça soulage pas mal Lauri qu’ils se retrouvent un peu seuls, lui évitant le ridicule sur place publique plus longtemps. Ca ne l’empêche pas d’avoir ce petit rire taquin qu’il lui avait déjà entendu parfois… Mais ça ne sonnait pas railleur. Gentiment moqueur tout au plus. Georgia pouvait avoir ce genre de rire lorsqu’ils étaient ensemble. Mais parfois, elle tendait plus vers la moquerie pour sa part…

Lauri demeure silencieux ensuite alors que Lysandre prend la situation en main, sans vraiment lui demander son avis ou lui laisser le choix. Mais bon, Lauri lui il trouvait ça assez séduisant en vrai. C’était comme ça que devait agir un homme non ? Pas qu’il ne se considère pas comme un homme… Mais on parlait de Lys là, pas de lui ! En tout cas il a un sourire pour remercier pour les bouquins, assurant à propos de l’infirmerie :

« Inutile de te mettre en retard, c’est juste le temps que le coup passe. »

Il ne voulait pas EN PLUS passer pour une pleureuse pas capable de supporter une chute et quelques bleus quoi, même s’il doutait que son état s’en tienne strictement là. Et dans le couloir il allait trouver un truc à dire. Une chute quelconque. Mieux valait pas dire à l’infirmière qu’il était tombé en escaladant les toilettes pour mieux espionner le Gryffondor à son avis…

Ca n’empêche pas Lauri de saisir le bras offert malgré tout. Ou plutôt de prendre Lysandre par les épaules pour s’en servir comme d’une canne le temps que sa cheville lui permette de marcher tout seul. Il ne s’était pas raté en plus de ça, ça tenait vraiment de l’absurde, même pour un adolescent qui observait un amoureux secret quoi. Comme si c’était de son âge en plus d’avoir un « amoureux secret ».

En tout cas Lysandre le prend un peu en traître par rapport au quidditch mais ça fait plutôt rire Lauri qui acquiesce, admettant bien volontiers qu’il était plus du genre à bouquiner qu’à regarder les matchs. Et pourtant il avait commencé à s’y intéresser… Parce qu’il fallait admettre que les joueurs de quidditch étaient souvent vraiiiiiment beaux… !

« Mon père est fan de hockey, finlandais oblige. Et depuis que je lui ai parlé du quidditch il ne rêve que de voir un match. »

Alors pour avoir ce petit lien avec ce père qu’il voyait peu, Lauri essayait de s’y intéresser davantage. Il lisait les scores, parlait des joueurs avec son père, lui racontait des matchs… C’était plus facile avec ceux vu à l’école que ceux de joueurs professionnels qu’il suivait dans la gazette du sorcier ou une version sportive des feuilles de chou.

« J’ai même des cartes à collectionner des équipes pro. Je ne sais pas si tu as vu mais ils en commercialisent aussi à Pré-au-lard depuis l’année dernière. »

Il les ramenait à son père qui une fois l’extase de voir les cartes en mouvement passé prenait toujours le temps de parler avec lui des joueurs avant de les placer dans un album que Lauri emmenait ensuite dans sa malle pour Poudlard, histoire de garder son lien avec son père avec lui. C’était sentimental et peut être nian nian parce qu’il n’était plus un petit garçon… Mais Lauri était comme ça et à ce niveau là on ne le changerait probablement jamais.

« J’ai quelques cartes en 3 ou 4 exemplaires. Je pourrais t’en donner quelques unes si ça t’intéresse… ? »

C’était une occasion de se revoir pour autre chose qu’un devoir ou une chute dans les toilettes hein ! Et puis ça ne lui demandait pas trop d’effort de prendre sur lui pour formuler une invitation du genre ! C’était même carrément facile !

« Tu aimerais jouer en pro plus tard ? Ou rien à voir ? »

C’est vrai qu’au fond il ne connaissait pas grand-chose des ambitions professionnelles de Lysandre. L’école ne semblait pas être son truc. Lorsqu’ils avaient fait équipe pour le niffleur, Lysandre avait quasi systématiquement déconnecté de leur cours à chaque fois qu’on avait commencé à être trop théorique ! Mais pour la pratique Lauri le trouvait vraiment doué. Certaines personnes étaient comme ça, plus dans l’action… Au fond, ils ne se complétaient pas si mal… Et peut être que dans cette journée qui commençait assez mal, c’était une pensée réconfortante…

Quant à ces Serpentards qui les avaient regardé comme des hyènes devant des proies blessées, Lysandre a tôt fait de les chasser d’un regard, façon roi de la savane. Ha ça oui : c’était un lion ! Il était dans la bonne maison, pas de doute. Les Serpentards font mines de simplement passer à côté d’eux finalement donc… Et Lauri résiste à l’envie de déposer un baiser sur la joue de Lysandre, demandant simplement avec amusement :

« Tu comptais leur lancer quoi comme sort ? La vision dans ma tête de ceux-là muselés par ta baguette pourrait bien sauver ma journée ! »


Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Jan 2017 - 5:54
avatar

gryf poursuiveur
Lysandre Larochelle


Date d'inscription :: : 12/12/2016
Hiboux envoyés :: : 62
Potion de polynectar :: : Logan Lerman (ava : Odistole)

Message
Re: Ce qui ne tue pas... Devrait peut être !   
Lysandre ricane, faisant à Lauri un petit clin d’oeil peut-être un brin charmeur. C’était sans intention seconde, il ne fallait pas s’imaginer n’importe quoi. Lys n’était pas en mode « drague » présentement ! Mais ça faisait parti de sa personnalité, qu’on le veuille ou pas...!

« Eh, tu m’offres sur un plateau d’argent d’arriver en retard à un cours ? Je ne suis pas un aigle, moi. », taquine le jeune homme tout en ayant un second éclat de rire. Ce retard ne pouvait que le servir. Il avait une bonne raison de ne pas se pointer en cours, c’était jour de fête ! Un Serdaigle n’aurait pas pu comprendre. D’ailleurs, il lui semblait que ce Poufsouffle-là en avait souvent les traits, non ? En tout cas, il y avait de bonnes raisons pour lesquelles il n’avait pas atterrit dans cette maison, même s’il n’avouera jamais en cent ans que le Choixpeau avait fortement hésité avec Serpentard à la cérémonie de répartition. « Et puis, sans blagues, t’as besoin d’aide pour te déplacer, là. Je ne suis pas assez salopard pour te laisser te débrouiller. »

Au moins le grand mais fin garçon n’hésite pas vraiment avant de se servir de lui comme d’une béquille. Ça n’encombrait guère Lysandre : Lauri était léger comme une plume. En même temps, il n’était vraiment pas épais. Ce n’était donc pas une surprise. Tout en quittant la salle des toilettes, le Poufsouffle commence à lui parler de Quidditch de façon plus sérieuse. Et de hockey aussi, ce qui surprend agréablement Lysandre, qui n’avait clairement pas l’habitude qu’on aborde ce sujet-là avec lui à Poudlard ! Il a d’ailleurs un regard franchement appréciateur pour Lauri, qui venait de gagner quelques points pour le coup !

« J’adore le hockey ! », s’exclame simplement Lysandre dans un premier temps. « Je suis Canadien, moi. C’est aussi dans ma nature, eh ! »

Ce petit « eh » était très traditionnel des Canadiens anglophones, aussi ! Mais ça, c’était sorti sans le vouloir, justement. Quant aux cartes, ça l’avait fait sourire. Le voilà qui lui offrait déjà des trucs gratuits ? Lysandre n’était pas assez fou pour refuser !

« Je les collectionne aussi. On pourra faire des échanges de nos doubles. », assure-t-il, enthousiaste. C’était encore mieux que de recevoir sans rien d’autre. Ça pouvait faire passer le temps et dieu sait qu’il pouvait être long ici, surtout l’hiver. Quant à ce qu’il aimerait faire plus tard, Lysandre réfléchit un peu avant de hausser les épaules. « J’en sais rien. On verra. Je n’ai aucune idée de ce que je veux faire plus tard. Parce que toi, si ? On est jeunes, c’est encore le temps d’être insouciants ! »

Nouveau petit clin d’oeil plein d’attitude pour Lauri. Mais le moment agréable ne dure pas longtemps, principalement à cause de ces charognes de Serpentard qui se croyaient décidément tout permis. Mais pas avec lui... et lorsqu’ils ont enfin déguerpis, le Gryffondor lève les yeux au ciel. Ils allaient probablement chercher des renforts, mais soit les profs allaient les épinglés avant qu’ils n’aient le temps de faire l’école buissonnière, soit eux-mêmes allaient déjà être rendus à l’infirmerie. Alors ça ne l’inquiétait pas des masses. De fait, à propos du sort qu’il allait lancer, Lysandre ricane un peu.

« Aucune idée. Mais je t’avouerai que pour ce qui est des duels, ça me vient assez naturellement. Ça ne m’inquiète pas trop ! Il faut juste que je sois bien motivé. Et rien de plus motivant qu’un nid de vipères. », fanfaronne un peu Lys, mais avec raison malgré tout puisque c’était vrai qu’il n’était pas mal du tout en duels. Et c’était bien un truc qu’il aimait à Poudlard. Alors mieux valait ne pas le lui retirer ! « T’inquiète, ta journée est sauvée. Tu vas être comme neuf dans pas très longtemps et, oh petit chanceux, tu as droit à ma compagnie ! »

Non, Lysandre ne se croyait pas, là ! Il n’était pas suffisant à ce point. D’ailleurs, il rigole, taquinant un peu Lauri de son épaule tout en continuant à le traîner vers l’infirmerie !

« Alors, c’est quoi les grands projets de vie de Lauri Nieminen ? », demande-t-il, gentiment taquin. « Je me suis souvent demandé pourquoi tu avais atterrit chez Poufsouffle. Je te verrais bien plus chez Serdaigle. »

Mais ce n’était pas une science exacte... Il l’avait vite compris, lui !



We're the kids who feel like dead ends
I'm hopelessly hopeful you're just hopeless enough but we never had it at all. But the lies won't stop slipping. My reputation's on the line. We can fake it for the airwaves. Force our smiles baby half dead.
× by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 6 Jan 2017 - 14:05
avatar

pouf 6
Lauri Nieminen


Date d'inscription :: : 12/12/2016
Hiboux envoyés :: : 27
Potion de polynectar :: : Asa Butterfield

Message
Re: Ce qui ne tue pas... Devrait peut être !   


Ha… Lauri à un petit soupire qui s’accompagne d’un petit regard de désapprobation. Mais il ne savait pas rester fâché bien longtemps et c’était encore plus vrai quand ce beau regard clair était posé sur lui ! Et d’aussi près ! Néanmoins l’aide du Gryffondor était des plus apprécié et dans un sens Lauri aurait le loisir de se remémorer un peu ce moment par la suite. Un petit plaisir coupable en somme où il se faisait complice des désirs d’absentéisme de son compagnon ! Encore qu’il avait une bonne raison pour de vrai ! Lysandre avait raison : ça lui aurait été pénible d’aller à l’infirmerie –ou où que ce soit- seul. Plus encore avec les élèves peu scrupuleux qui pouvaient errer dans les couloirs…

Lysandre s’enthousiasme pour le hockey et Lauri à un sourire ravit. Il est cependant surprit pour les origines du jeune homme. Peut être que c’était de vivre entre deux pays qui le faisait moins remarquer les différents accents ? Ou peut être que Lysandre était ici depuis assez longtemps pour qu’il se soit atténué. En tout cas, Lauri se fait la réflexion que ça explique le nom de famille assez peu habituel par ici.

« J’aimerais bien aller au Canada un jour. Il paraît qu’il y a des créatures magiques qu’on ne trouve nulle part ailleurs dans le grand nord Canadien. »

Ca lui donnait froid rien que d’y penser mais son goût pour la faune magique semblait l’emporter sur son côté frileux, pour le moment ! Et pour en revenir au hockey :

« C’est laquelle ton équipe préférée ? Et ton joueur ? »

C’était plus facile qu’il ne l’aurait pensé que de bavarder avec Lysandre et en même temps… Ils parlaient hockey, pas sentiment ou un truc du genre ! Mais ils allaient se revoir pour des échanges de cartes et Lauri en rosit légèrement d’anticipation, ayant déjà hâte à cette prochaine fois. Si on lui avait dit un jour que ce hobby lui permettrait d’atteindre ce joli garçon, il ne l’aurait pas forcément cru hein !

« Tu t’es déjà demandé ce que ça aurait fait si tu avais eu tes onze ans au Canada ? »

Une autre école peut être… Lauri était très mal renseigné à ce propos. Maintenant qu’il y pensait c’est vrai qu’il n’avait jamais vraiment cherché d’information là-dessus. Quant à l’ambition de Lysandre qui tenait pour le moment en un simple « qui vivra verra » ça le fait sourire même si lui explique de son côté :

« J’ai plusieurs pistes à explorer moi… »

Et peut être un peu défaitiste, réalisant comme Lysandre était un jeune homme dynamique et spontané, il convient :

« Je suis un peu plus ennuyeux je suppose. »

Dans sa prévoyance et ses calcules de sa situation et de son avenir. Quoi qu’il en soit Lysandre roule un peu des mécaniques à propos des Serpentards qui avaient montré le bout de leur nez et Lauri convient :

« J’aimerais bien avoir un petit bout de ce tempérament que tu possèdes. »

Et dans sa tête il avait ajouté que ça lui donnait un petit air assez sexy. En fait, rien qu’à le penser, le voilà qui rougissait à demi à nouveau ! Formidable ! Lysandre avait raison même s’il plaisantait : sa journée était sauvée par sa simple compagnie.

« Merci beaucoup. »

C’était tout le salaire qu’il pouvait lui offrir pour son aide, à ce moment là. Son compagnon lui demande de développer un peu ses projets de vie et Lauri convient :

« Pour le moment je m’intéresse beaucoup à un job qui concernerait les animaux magiques. Une sorte de vétérinaire peut être… Ou alors un découvreur de nouvelles espèces. J’aimerais bien ça. Mais je n’ai pas les qualités de courage des Gryffondor, je ne sais pas si j’oserais me rendre seul de part le monde pour les rechercher ! »

Quant a atterrir chez les Poufsouffle ça le fait réfléchir une minute avec qu’il ne suppose :

« Je n’étais peut être pas assez intelligent. Ou pas assez charismatique, je suppose que ça ferait du sens. »

Les Serdaigle avaient une prestance qu’il n’avait pas, probablement. Ils étaient aussi plus sûrs d’eux, non ? En fait non. Ca dépendait. Mais au-delà des belles valeurs de chaque maison dont la sienne, Lauri reconnaît finalement avec un brin de frustration :

« Parfois j’ai l’impression d’avoir atterrit dans la maison « par défaut » parce que je n’avais aucune des belles qualités des autres. »

Ce n’était pas très gentil pour les poufsouffles il en avait bien conscience mais franchement, être invisible ou victime des autres maisons lui pesait parfois pas mal, on pouvait le comprendre…

« Toi je ne me demande même pas pourquoi tu as été chez Gryffondor… »

Lysandre était l’image même qu’il se faisait de Godric lorsqu’il essayait de l’imaginer dans sa tête…

Revenir en haut Aller en bas
Sam 7 Jan 2017 - 19:16
avatar

gryf poursuiveur
Lysandre Larochelle


Date d'inscription :: : 12/12/2016
Hiboux envoyés :: : 62
Potion de polynectar :: : Logan Lerman (ava : Odistole)

Message
Re: Ce qui ne tue pas... Devrait peut être !   
Quel joli regard orageux qui lui envoie soudainement des éclairs ! Lysandre a un éclat de rire en le voyant, quitte à s’attirer encore plus les foudres du garçon. Lauri était très majoritairement ce genre de personne qui semble toujours trop bon. Mais parfois, il faisait ressortir ce petit caractère qui lui appartenait et Lysandre aimait beaucoup ça, même quand c’était sur lui que ça retombait ! Ça ne dure toutefois pas longtemps et ça aussi, ça savait être apprécié du Canadien ! En tout cas, il découvrait visiblement une passion pour les animaux magiques à Lauri. Ça lui allait bien, mine de rien. Avec sa douceur, il saurait apprivoiser la plus farouche des licornes, probablement ! Mais lui se doit d’hausser les épaules, malheureusement !

« C’est ce qu’on dit. Mais je vivais à Montréal. Je ne suis jamais allé dans le grand nord. Et ma mère était Anglaise, donc peu renseignée sur le sujet. », explique Lysandre tout en continuant à avancer lentement. « Mon père est moldu, il a découvert le monde magique lors de son mariage. Pas facile d’ailleurs, parce que c’est très difficile de faire valoir une telle union en Amérique du Nord. »

C’était tout un monde, très différent de l’Angleterre. Et mine de rien, parfois Lysandre trouvait ça assez reposant ici. Pourtant, il n’avait pas vraiment mis les pieds dans le monde magique au Canada. Mais, il avait pu voir ses parents lutter pour faire accepter leur union lorsqu’il était plus jeune et ça tenait presque à du racisme à ce stade. Il l’avait plutôt très mal vécu. Ils ont, pendant un instant, un sujet plus léger et Lysandre s’y lance avec soulagement.

« Les Canadiens, bien sûr ! J’allais les voir. Ça me manque vraiment. », explique-t-il en faisant la grimace. Quant à son joueur préféré, il doit réfléchir un peu avant de convenir : « J’en aime plusieurs. Mais j’ai de l’admiration pour Markov. Il a donné sa vie à cette équipe. Et il continue à jouer comme une bête. Et toi ? Un Finlandais ou je suis vraiment dans le gros cliché ? »

Par contre à la suite, on en revient un peu au Canada. Son pays natal manquait à Lysandre, c’était indéniable. Mais, il y avait quelque chose qui le retenait de s’adonner entièrement à cette nostalgie et parfois, ça lui laissait un goût amer.

« Non. », déclare simplement le Canadien tout en regardant droit devant lui. « Je ne connais pas vraiment le monde magique canadien. On nous en a tenu à l’écart alors je ne sais pas trop à quoi j’aurais fait face de toute façon. Je sais juste que l’école est loin de Montréal. »

Puis, Lauri se déprécie. Par deux fois d’ailleurs. Lys a un regard un brin surpris pour le jeune homme. Il ne s’attendait pas à autant de mal-être mais il aurait peut-être dût. Vrai que Lauri, même s’il semblait sociable, était quand même souvent seul ou le nez baissé vers le sol, quoi.

« C’est pas vrai, ça. », déclare Lysandre sans se museler, trouvant que ça valait bien la peine de dire quelques vérités pour le coup ! « Moi, j’aimerais être intelligent comme toi et avoir autant d’empathie mais ça n’arrivera jamais. Ton caractère te va bien. De toute façon, les gars comme moi en règle générale, je les aime pas ! »

C’était bien vrai, ça ! Ils ne s’entendaient pas bien du tout. Ça finissait toujours par exploser ou presque. Ou presque, quoi ! Parce que parfois, ça donnait aussi des duos volcaniques mais c’était rare, à la plus grande joie des enseignants et autre personnel de soutien. Puis, Lauri confirme un peu pour les animaux magiques et ça amuse Lys. C’est là que l’empathie entrait grandement en jeu, hein.

« Ben il faut te trouver un gars courageux qui va affronter les dragons pour toi alors. », déclare-t-il simplement. Le Canadien vivait selon l’adage qui disait qu’il n’y avait pas de problèmes, que des solutions ! « Et puis, c’est plus amusant de travailler en duo, surtout quand on est amené à voyager beaucoup et qu’on a pas vraiment de chez soi. »

En tout cas, lui trouvait que ça avait bien du sens ! Quant à ce petit problème de maison, Lys a un sourire pour Lauri, quoique crispé. Ils entrent dans l’infirmerie et aussitôt, l’infirmière vient à leur rencontre, des « pauvre petit ! » aux lèvres alors qu’elle s’affaire autour de Lauri. Ça ne lui prend pas beaucoup de temps pour le remettre en condition, mais elle insiste pour qu’il se repose et de fait, Lauri se retrouve dans un lit. Lysandre s’assoit dans celui juste à côté, décidé à rester un peu. Tant qu’à avoir manqué le début du cours, hein ! Et devant le regard de Lauri, il sent bon de se justifier !

« C’est le cours de potions. Si j’arrive en retard, le prof va m’arracher la tête de toute façon ! »

Il a un rire bref et un petit clin d’oeil pour Lauri avant de songer à nouveau à cette histoire de maison. C’était aussi un sujet sensible. Mais quand on parlait de façon plus personnelle avec Lysandre, ce qui arrivait rarement parce que les mecs dans son genre ainsi que ses copains n’étaient pas du genre à parler sentiments, on réalisait qu’il dissimulait plusieurs petites choses.

« Tu aurais été parfait en Serdaigle, j’en suis sûr. Tu n’es pas moins intelligent qu’un autre. Peut-être moins charismatique, mais tant mieux. Au moins tu ne te donnes pas des airs de petit génie venu d’un autre temps comme la majorité de ces bouffons. », assure-t-il tout en faisant un clin d’oeil à Lauri. Il hésite ensuite... mais demande : « Tu ne te souviens pas de ce gars qui a fait murmurer en première parce que le Choixpeau a pris presque dix minutes à se décider ? »

Peut-être que oui. Peut-être qu’il ne remettait juste pas de nom sur le garçon en question. Ils étaient tellement tous effrayés et excités cette journée-là et ils ne connaissaient encore personne.


We're the kids who feel like dead ends
I'm hopelessly hopeful you're just hopeless enough but we never had it at all. But the lies won't stop slipping. My reputation's on the line. We can fake it for the airwaves. Force our smiles baby half dead.
× by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Jan 2017 - 19:33
avatar

pouf 6
Lauri Nieminen


Date d'inscription :: : 12/12/2016
Hiboux envoyés :: : 27
Potion de polynectar :: : Asa Butterfield

Message
Re: Ce qui ne tue pas... Devrait peut être !   


Lauri l’avait déjà remarqué… Mais Lysandre était ce genre de personne qui vivait intensément et qu’un rien pouvait réjouir ou attrister. C’était une arme à double tranchant mais dans les moments les plus positifs c’était assurément une force à ses yeux. Est-ce qu’il le réalisait, ce garçon, qu’il avait un pouvoir sur ses propres humeurs souvent ? En tout cas l’histoire de Lysandre semblait compliquée. Lauri fronce légèrement les sourcils alors que son compagnon lui fait comprendre qu’un couple moldu et sorcier était mal vu en Amérique.

« L’Amérique me plaît beaucoup moins, vu comme ça… »

Peut être n’était-il pas très courageux ou quoi que ce soit du style… Mais Lauri avait tout de même un fort sens des valeurs et pour lui le sang n’en avait pas vraiment.

« Alors vous êtes tous venu vivre en Angleterre ? Tu aimes ça ? »

Puis parce que mine de rien c’était un joli point commun, Lauri ajoute :

« Mon père aussi est moldu alors que ma mère est une sorcière. Et c’est aussi l’anglaise des deux. Comme quoi il y a un truc chez les sorcières anglaises hein ! »

Lauri a un rire à sa propre plaisanterie mais bon, elle avait été facile ! Le rire devient même éclat malgré la douleur alors que Lysandre s’exclame que le CH était son équipe fétiche ! Evidemment ! Quant à Markov, Lauri acquiesce, admettant que c’était un bon joueur.

« Ca te ressemble bien d’aimer ce joueur pour ce genre de valeurs. »

Par contre il a un « ho ! » faussement courroucé à la suite, signalant :

« C’est le Canadien adepte du tricolore qui me parle de cliché ? »

Mais bon, en toute honnêteté et tirant la langue à son ami, Lauri avoue :

« J’adore les Bruins et leur gardien Rask. Il a un sacré tempérament ! Mais j’ai suivit avec intérêt le passage de Koivu chez le Canadien. »

Sur un terrain plus sérieux… Le Canada semblait être un sujet délicat pour Lysandre et Lauri ne peut pas retenir un geste vers lui, levant la main pour, du revers de ses doigts, caresser brièvement la joue du jeune homme dans un signe de réconfort.

« De toute façon je suis content que tu sois venu ici. »

Et de plaisanter :

« Qui m’emmènerait à l’infirmerie sinon ? »

En tout cas, Lysandre était bon pour son moral et voilà que soudainement il se faisait un devoir de défendre ses qualités malgré ses propres réflexions. Peut être que le regard de Lauri brille davantage à voir ce petit côté sur de lui voir même indigné de Lysandre. Il prenait décidément goût à se faire défendre par ce garçon ! Du coup, à propos de faire appel à un type courageux pour les dragons et tutti quanti :

« Je t’appellerais si tu fais rien ! »

Parce que Lysandre était bien du style à se battre contre les créatures les plus terribles rien que par défi alors bon ! En tout cas il avait raison : en duo ça devait être beaucoup plus amusant et intéressant de voyager et travailler. Il n’oserait probablement pas le dire mais cette histoire de duo avec Lysandre, même si c’était juste un beau rêve d’adolescent, ça allait pas mal le travailler et nourrir tous ses fantasmes prochainement.

Ils arrivent à l’infirmerie et Lauri a un sourire pour l’infirmière qui s’occupe de lui avec une tendresse toute maternelle qui lui aimait beaucoup. Bon, elle en fait un peu trop parce que même une fois entièrement sur pied voilà qu’elle l’oblige à grimper sur un lit pour quelques heures ! Lysandre semble prendre cette invitation pour lui aussi et visiblement ce qu’il en pense est éloquent, à le voir se défendre tout de suite ! Lauri soupire en levant les yeux au ciel, promettant :

« On fera notre prochain devoir ensemble si tu veux. Comme ça je te rendrais ton coup de main. »

Au moins il pouvait faire ça ! Et ce serait une énième occasion de se revoir. Ils commençaient à les multiplier et Lauri espérait que ça se fasse pour de vrai ! Et puis Lysandre ne manquait décidément pas de bons mots, lui parlant de Serdaigle, l’y plaçant même sans sourciller et… Ca faisait un bien fou. Pas qu’il déteste Poufsouffle… Mais il avait l’impression que les Poufsouffles étaient juste ces étudiants qu’on ne savait pas mettre ailleurs. Par contre l’air de Lysandre s’assombrit… Et Lauri garde le silence un moment.

« Je m’en souviens. »

C’était la première fois qu’il avait remarqué Lysandre. Il avait été charmé par son air tendu et nerveux, sur le moment. C’est vrai que ça avait duré longtemps. Lauri s’était demandé pourquoi, comme beaucoup… Et il avait sourit devant l’air soulagé de ce petit garçon de l’époque lorsque le Choipeaux avait crié « Gryffondor » soudainement.

« Tu veux en parler ? »

Tout en posant une main sur celle de l’autre garçon en signe de soutien.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Message
Re: Ce qui ne tue pas... Devrait peut être !   
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On devrait mettre les gens du nord en quarantaine pour les empêcher d'entrer à
» Peut-on se passer de la farine de blé ?
» Peut-on Esperer Un Changement En Haiti ????
» Je n'aurais peut être pas dù (pv Samus)
» Ce qui ne peut être évité, il faut l'embrasser.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum